Etape 12 – Traubach-le-haut – Audincourt

Après notre passsage mémorable « Chez l’habitant » à Retzwiller nous avons passé la dernière nuit de notre aventure chez une collègue de Lydie à Traubach-le-haut. Nos enfants se sont beaucoup amusés avec les leurs. Nous avons encore passé des bons moments.

Le retour à été rapide, les 36 derniers kilomètres. En arrivant dans le territoire de Belfort on apperçoit au loin l’antenne du Lomont, signe que nous seront bientôt chez nous.

A hauteur de Bourogne quelle ne fut pas notre surprise… Grand-Papa est venu à notre rencontre pour nous accompagner sur les derniers coups de pédale. Il a pu rassurer Mamoun que tout allait bien pour nous 🙂

En arrivant dans notre jardin à Audincourt nous avons pu constater que les pieds de potimarrons avaient envahis notre jardins au point qu’il sera maintenant difficile de pendre notre linge sur nos fils à linge.

Ca fait quand même du bien de rentrer à la maison. Nous allons pouvoir rebrancher l’eau chaude, le frigo et le congélateur que nous avions coupés avant le départ. Quand on demande à Siméon où il veut dormir cette nuit, il montre l’extérieur…

A bientôt pour le débrifing

Etape 11 Mulhouse – Retzwiller

C’était notre première nuit en forêt et nous avons été impressionnés par l’animation nocturne notamment des cris d’oiseau qui s’étaient posés à quelques mètres de nous. Nous avons bien fait de mettre la tente dans l’abris car il a plu pendant la nuit. La pluie s’est arrêté au matin, Guillaume a réparé la chambre à air de Lydie qui était à plat pendant que le reste de la famille faisait la grâce matinée. Après un copieux ptit-dèj au saumon à l’aneth,  nous avons repris la piste cyclable direction Mulhouse pour tenter de sortir de cette interminable forêt de la Harth.

Nous sommes arrivé à Mulhouse peu avant midi, nous sommes allés au Palais de Rixheim,  dans ce restaurant chinois nous avons eu un très bon contact avec le serveur qui a vu nos vélos et qui nous a posé plein de questions sur notre parcours. Le buffet a été offert aux enfants.

Ce ravitaillement nous a permis de pédaler jusqu’à Dannemarie avec polaires et kways, il fait froid, on a le vent en face, et il re-pleut. Après quelques courses nous nous sommes arrêté aux restaurant « Au 100 pâtes », ou l’on y mange  des pâtes cuisinées de multiples façons au port de Dannemarie. A chaque table les gens s’inquiétaient d’ou on allait dormir. Nous pensions planter la tente près du viaduc de la voie ferrée à l’autre bout du village, mais au resto un couple assit à la table à coté nous propose son jardin, d’abord pour rigoler, puis il finit par nous laisser son adresse et son numéro de téléphone.

Nous avons passé une soirée conviviale et installée la tente sur la terrasse couverte de la maison familiale. Nous avons eu toilettes, douche, branchement électrique, wifi et même thé à la menthe 😉

Nous resterons un jour de plus ce coin de l’Alsace, et rentrerons dimanche à la maison.

 

A suivre 🙂

Etape 10 – Neuf-Brisach – Forêt de Mulhouse

Le voyage continue et nous allons bien, nous essayons de passer entre les gouttes.

Jeudi matin nous nous sommes retrouvé tous les cyclotouristes du camping sous la tonnelle qui nous était réservée, à attendre que la pluie s’arrête. Ce qui est bien avec la pluie, c’est que ça rassemble les gens au sec, et ça facilite les échanges. Nous avons discuté avec des familles qui venaient des 4 coins de la France, notamment pendant les repas. Un groupe de 2 couples et 4 pré-ados font du cyclotourisme tous les ans. C’est la 6 ème année qui le font. Ils ont déjà quasiment traversé toute la France dans plusieurs sens. D’autres en faisaient avec leurs 3 enfants de 10, 8 et 6 ans pour la première fois, durant quelques jours.

Certains n’ont pas attendu la fin de la pluie pour continuer, pourtant en début d’après midi la pluie s’est arrêtée. Nous avions le choix de rester une nuit de plus dans le même camping, ou continuer. Finalement les éclaircies vers le sud nous ont encourager à reprendre la route, direction Mulhouse.

Nous avions imaginé un bivouac dans la grande forêt de la Harth à coté de Mulhouse, mais nous souhaitions passer la nuit au sec. Finalement au milieu de cette forêt de 20 km nous sommes tombé sur un abris mis à disposition par le conseil général, c’est là que nous avons passé la nuit.

 

 

Etape 9 – Markolsheim – Neuf-Brisach

Après une deuxième nuit consécutive en camping sauvage, nous reprenons la route direction Neuf-Brisach, la météo est agréable. Nous avons pique-niqué au bord de la piste cyclable en compagnie de nombreux canards.

Nous sommes arrivés à destination en début d’après-midi, ça nous a permis de faire le tour des remparts de la ville, et de passer au magasin. Le camping de Vauban est très adapté aux cyclo-touristes, avec un chapiteau qui leur est réservé. A l’intérieur on trouve un frigo et des prises pour recharger les appareils.

En début de soirée la pluie a commencé à tomber, et il a plu toute la nuit. La suite est compromise.

A suivre …

 

Etape 8 – Strasbourg – Markolsheim

La météo tourne à la pluie, il est tombé quelques gouttes pendant la nuit en camping
sauvage quelques kilomètres au sud de l’agglomération de Strasbourg. Nous avons dormis sous trois chênes, nous avons entendus des glans tomber toute la nuit.

Nous avons pu replier les tentes et déjeuner au sec, mais il a ensuite plu toute la
matinée, nous avons fait plusieurs détours pour trouver un magasin pour acheter de quoi manger le midi, au Super-U de Boofzheim, pas loin du camping de Rhinau. C’était la « matinée déprime ».

L’après midi la pluie s’est arrêtée, laissant place à de belles éclaircies. Nous sommes
allés à la piscine de Markolsheim, pour prendre une douche, faire une lessive, et
redonner aux enfants une impression de vacances. Le courage de continuer revient.

Nous sommes sortis de la piscine à 20h, nous avons eu le temps de faire quelques kilomètres avant de reposer la tente à quelques mètres de la piste cyclable en bordure d’un village. Nous avons fait un petit feu avant de dormir. Les animaux sauvages faisaient des cris impressionnants dans la forêt à côté de nous.

Etape 7 – Molsheim – Strasbourg

C’est partis pour la dernière étape avant Strasbourg, mais pas sur les chapeaux de roues, nous commençons la journée à la piscine municipale, puis nous avons pique-niqué sur l’aire de jeu de Molsheim, le « Paradis des enfants » comme c’est écrit à l’entrée.

En début d’après midi nous nous dirigeons tout doucement vers strasbourg, nous quittons les vignes pour le canal de la Bruche. Moyennant une petite sieste à mi-distance. C’est dimanche et les magasins sont fermés, nous provisions s’épuisent

A Strasbourg nous nous sommes perdus, et même avec une trace GPS ce n’est pas toujours évidant. Nous sommes passé par le célèbre restaurant américain (promesse du papa) avant d’arriver chez nos hôtes du weekend, les cousins David et Christelle. Nous avons partagé un moment convivial autour de délicieuses pizzas le dimanche soir.

PS : Nous publions avec quelques jours de retard

Etape 6 – Scherwiller – Molsheim

Il est temps de reprendre la route, l’objectif de la journée est de rejoindre Molsheim.
Dans deux jours nous sommes à Strasbourg. Cette 5ème étape est plus longue que les autres avec encore beaucoup de dénivelé, et en plus il fait très chaud. Dans les vignes ça monte jamais bien longtemps, mais très souvent, le plat n’existe quasiment pas !

Nous nous sommes arrêté plusieurs heures à l’ombre dans une aire de jeu, heureusement tout au long de cette piste cyclable du vignoble il y a des endroits pensés pour les cyclotouristes, où l’ont peut se reposer.

Nous sommes passé par Barr, une jolie petite commune dont le centre-ville garde l’aspect d’un village sur la route des vins, puis Obernai qui est également superbe. Parfois la piste semble s’éloigner du vignoble, ça permet d’avancer un peu plus vite, mais en s’approchant de Molsheim nous avons le droit à un nouveau et dernier périple dans les vignes, avec un vent contraire!

Nous sommes arrivés au camping municipal de Molsheim à 20h30 un samedi soir, la réception était fermée et c’est le gardien qui nous a accueilli, il a pris notre carte d’identité et nous a dit d’aller nous installer où on voulait au fond du camping. Pendant que Papa a monté les tentes, Lydie et les enfants sont allé à l’aire de jeu d’à coté, la plus grande qu’on ait jamais vu, appelée « le Paradis des enfants »… (Photos demain)

A suivre …

Un vendredi de pause bien mérité

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de Raphaël, il a 5 ans. C’est une journée marche plutôt que vélo pour nous. Nous avons visité la Volerie des Aigles, et la Montagne des singes. Avant 5 ans les enfants ne payent pas, et comme on avait pas encore fêté son anniversaire, on nous a laissé passé 🙂

Nous avons laissé les vélos en bas, au parking de la volerie des Aigles où nous avions campé, et nous sommes montés à pied. Les oiseaux étaient en pleine forme, et les singes ne nous ont pas croqués 🙂 Dommage que la Montagne des Singes ne soit pas mieux indiquée pour les piétons que nos étions. Il n’y a que 900 mètres entre les deux sites par le sentier, mais encore faut-il le trouver ! En redescendant nous nous sommes arrêtés à une auberge « Tarte flambée à toutes heures », nous avons pris le goûter là-bas !

Ensuite nous avons pris la direction du camping de Palmer, au centre du village de
Scherwiller, près des maisons mais pourtant au milieu des vignes. Nous avons fait la
connaissance de Laurence, la gérante, qui définit son camping comme le poumon du village. Un espace très calme, à la foi lumineux et ombragé, avec une petite touche écolo. Bref un endroit où il fait bon s’installer. L’ennui a été que l’eau du village était impropre à la consommation à cause de la détection d’une bactérie… depuis aujourd’hui! Difficile pour nous de remplir nos bouteilles d’eau. Heureusement que nous avions en réserve deux bouteille d’eau encore non ouverte.

Au camping nous avons fait l’anniversaire de Raphaël, avec 5 bougies plantées sur une composition originale de de divers biscuits (voir photo). Il a reçu une paire de jumelles jeune qui était dans la remorque depuis le départ. Nous avons du rallumer les bougies de nombreuses fois pour Siméon.

Nous avons passé la soirée à la fête du village, où les Lavandières faisaient leur spectacle en français et en alsacien, au lavoir du village. Et bien sûr, il y avait de la petite restauration et les enfants ont eu leur saucisse et nous en avons profité pour acheter une bouteille d’eau Carola, eau de source de Ribeauvillé.

Il y avait du vent durant la nuit, ce qui a permi de sécher le linge lavé à la main. C’est une des préoccupations principales de Lydie: laver le linge pour toujours mettre des habits à peu près propres… Pas facile de laver le linge en camping sauvage, alors elle en profite quand elle a accès à un lavabo, et espère qu’il sèche rapidement pour le lendemain. Faut dire que nous avons seulement un change complet de rechange, alors il faut laver le linge tous les jours…

A suivre …

Etape 4 – Colmar – Kintzheim

C’est des grosses gouttes de pluie qui nous ont réveillées ce jeudi matin dans les vignes, nous dormions à la belle étoile et nous avons tous sauté dans la tente. Papa a bricolé un abri de fortune avec la bâche et les tendeurs, nous avons pu prendre notre petit déjeuné, galettes de riz et reste de crème de marron.

L’objectif de la journée était d’arriver au pied de la Montagne des Singes près de Kintzheim, pour l’anniversaire de Raphaël.

Nous avons repris la route à travers les vignes et les villages, la piste cyclable passe a travers une culture de fruits, nous avons ramassé quelques nectarines tombées au sol.

C’est incroyable le nombre de travaux et de déviations que l’on rencontre dans les villages, mais en vélo ça passe toujours (ou presque…), et les ouvriers ont le sourire en nous voyant.

Le soleil semble revenir, après notre nuit à la belle étoile nous avons cherché un moyen de nous laver et laver notre linge, le téléphone de Lydie nous indique une piscine à Ribeauvillé, pas très loin de notre objectif. Nous y avons passé le reste de la journée.

Les enfants sont fatigués, nous avons repris le vélo et fait une pause au milieu du quartier résidentiel d’un village voisin. Une dame est sortie de chez elle spontanément pour nous apporter des produits de son jardin.

Nous sommes arrivés à Kintzheim au pied de la Montagne des singes, les enfants n’en pouvaient plus, nous non plus, et il fallait encore trouver un coin pour dormir. C’est là que Anne-Sophie, originaire du village, est venue à notre rencontre avec son enfant en draisienne, pour nous demander si tout va bien. Un ange, elle nous parle du rêve de son conjoint de faire du cyclo-tourisme, nous conseille un endroit pour passer la nuit, et nous laisse même son numéro en cas de besoin.

Nous avons rejoint le pied de la Montagne des singes, et avons planté la tente sur le parking de la Volerie des aigles, deuxième nuit consécutive en camping sauvage.

La suite demain …